Si vous ne vous sentez pas au top, que vous n’avez pas le moral ou que vous avez des signes physiques et psychologiques qui montrent que vous êtes envahi par des émotions négatives, il faut vous poser les bonnes questions.

Il arrive souvent qu’on traverse des petites déprimes certains jours, et que ça agisse sur notre humeur. Cela est normal, nous sommes humains, mais l’important est quand même de comprendre pourquoi on se sent mal et comment inverser la tendance.

Il y a deux raisons principales qui entrainent des pensées négatives:

  • Une contrariété, donc un évènement ou une situation à l’encontre de ce que l’on désire
  • Une contrainte, donc faire quelque chose qu’on n’a pas envie

Commençons par la contrariété:

Nous avons tous des besoins et désirs, sauf que quand ceux si ne sont pas assouvis nous sommes contrariés voir frustrés.

Par exemple, si vous désirez faire une sieste et que votre voisin décide de faire du bricolage au même moment, vous aurez de quoi être contrarié.

Si vous désirez que votre conjoint(e) passe plus de temps avec vous, et que ce dernier préfère aller faire une partie de poker avec ses amis, vous serez contrarié.

Ce qui soulève une question essentielle lorsque vous vous sentez mal, ou même contrariée, c’est: qu’est ce que vous désirez réellement ?

Il arrive souvent que nous soyons de mauvaise humeur par contrariété, mais sans réfléchir à la source réelle. Nous préférons rester sur les pensées négatives.

Pour éviter cela, il faut déjà savoir vraiment ce que vous voulez… non pas ce que vous ne voulez pas, mais bien ce que vous voulez. Je vous invite à revoir cette vidéo où j’explique bien la différence…

Exprimer ce que vous désirez clairement, que ça soit pour vous ou pour les autres, peut déjà aider à comprendre votre contrariété et donc trouver une solution claire et précise.

La deuxième source de déprime est la contrainte.

Quand vous devez faire quelque chose que vous considérez comme une contrainte, c’est soit que vous ne l’aimez clairement pas, soit qu’une autorité extérieure vous y force.

Par exemple, rares sont les personnes qui aiment faire la vaisselle ou le ménage, c’est clairement une contrainte pour beaucoup de gens.

Faire un travail alimentaire, donc accepter un boulot qu’on n’aime pas pour payer les factures est également une contrainte provenant d’une autorité extérieure: là on pourrait dire l’État et le propriétaire de votre appartement dans cet exemple.

La contrainte est souvent associée à l’obligation de faire quelque chose qu’on déteste. Dans cette situation, il y a une question importante à vous poser… c’est POURQUOI ?

Non pas pourquoi le sort s’acharne sur vous ? Mais plutôt pourquoi vous faites ce que vous faites ? Comme je l’ai expliqué dans cet article…

Vous faites la vaisselle ou le ménage… oui c’est pénible, mais ça vous permettra de profiter après d’un environnement propre et agréable où vivre.

Vous faites un travail que vous n’aimez pas… oui c’est dur, mais ça peut vous permettre de vous laisser le temps de trouver mieux tout en subvenant à vos besoins.

À partir du moment que vous parvenez à donner un sens positif à une contrainte (parfois il faut creuser) vous pouvez déjà relever la tête.

Donc voilà pour les deux questions à vous poser quand vous n’êtes pas bien. Interrogez-vous sur la raison qui vous fait vous sentir mal quand cela arrive:

  • Qu’est ce que vous désirez ?
  • Pourquoi ?

Quand vous savez ce que vous voulez, et pourquoi vous le voulez, vous pouvez déjà commencer à réfléchir sur votre problème et donc trouver les solutions.

Vous aimerez aussi: